jeudi 31 mai 2007

Brèves musicales

Ceci explique cela ?
"Les supermarchés britanniques Asda seront les premiers à ne plus vendre de singles suite à l'effondrement du marché. En Angleterre 79 % des ventes se font par téléchargement"
(in "les inrockuptibles)
En attendant on trouve des choses très très sympas à télécharger gratuitement et légalement la et en France évidemment personne n'aura échappé au premier titre (plutôt bien ) de Manu Chao qu'on peut aussi télécharger gratuitement et légalement.

Comment comprendre quelque chose dans tout ça quand on a pas fait éco en seconde langue, parce que rassurez-moi il n'y a pas qu'un pur désintéressement derrière tout ça ?

Un peu de beauté à l'état pure (elle) je l'ai piqué à Fruit pendulaire, il me pardonnera c'est tellement beau...

lundi 28 mai 2007

wi-fi

Aujourd'hui c'est dimanche...
J'en ai profité pour me lancer dans le wi-fi...
L'arrivée d'un PC portable m'a poussé à installer un réseau domestique.

Aujourd'hui c'est lundi...
Ca y est j'ai un réseau, sans même avoir eu l'occasion de m'énerver, je peux imprimer depuis n'importe quel poste (bon Ok je n'en ai que 2 ;-) surfer, écouter ma musique, mes podcasts au fond du jardin, à l'ombre parce que sinon j'y vois rien !
(enfin quand il fait beau :-(

Même si je ne vois pas comment c'est possible : j'imagine mes fichiers se regrouper pour voler d'un pc à l'autre !
J'hésite à laisser les portes ouvertes pour qu'ils puissent circuler plus facilement ;-)
Ca reste de la science-fiction et ça m'émerveille encore !

mercredi 23 mai 2007

Quelques réflexions qui n’engagent que moi...

... Je ne voudrais pas provoquer un débat ;-)

J'ai lu avec beaucoup d'interêt l'enquête sur la bibloblogosphère francophone de Marlène Delhaye et Nicolas Morin

L’intérêt de ce genre d’études c’est qu’en plus du panorama qu’elle offre, elle nous fait réagir et nous interroger sur nos pratiques.

Je crois qu’à propos de la liberté d’expression dans un blog, la réserve ne vient pas d’une hiérarchie hostile, (pour ma part je n’hésite pas à monter au créneau lorsque je crois à quelque chose et que j’ai l’argumentaire pour le défendre, et ce, quel que soit mon interlocuteur), par contre je freine (ou m’auto-censure ?) lorsqu’il s’agit de sujets liés à des décisions politiques
ce qui arrive quand même très souvent dans notre profession, nos employeurs sont souvent des élus dont nous ne partageons pas toujours les idées mais avec lesquels nous devons composer
et il me semble difficile de parler de projets structurants en prenant position contre tout en continuant à travailler pour, Je n’ai pas encore trouvé de solutions qui me permettrait ce grand écart.

Quant à l’anonymat, je le vois comme un jeu, ce qu’est aussi le blog, un divertissement
qui se trouve être sous le feu de l’actualité d’une profession qui s’interroge sur les nouvelles pratiques des usagers et qui se pose tant de questions sur son devenir, sa fonction.
Jouer au détective, mener l’enquête pour trouver des indices : savoir qui se cache derrière tel blog (maintenant je sais que l’auteur de Marlène’s corner travaille à Aix en Provence ;-)… Reconstituer un parcours, suivre une trace, c’est vrai qu’il se créé une complicité virtuelle, allez on va dire communautariste, qui permet d’entrer au cœur des débats lors de rencontres réelles.
Et puis les effets secondaires sont parfois surprenants : en effet on n’imagine pas l’effet produit, lorsque vous assistez à une journée professionnelle, et que l’élue à la culture d’une ville qui n’est pas la votre, cite votre blog lors de son discours d’ouverture (effet bizarre et anonymat qui m’ont fait rater une bière ;-)

Le blog comme lieu de débat ne me paraît pas approprié pour des questions pratiques tout simplement, même si parfois il y a un début de débat dans les commentaires, il est difficile d’en suivre le fil, (l’intérêt d’un débat en est souvent son compte-rendu, sa modération ?)
Le blog parce qu’il n’est pas un terrain neutre empêche d’y entamer la polémique, par peur d’y voir des attaques personnelles ? car comme il est dit dans l’enquête, il empiète sur la vie privée.
La liste de diffusion s’y prête peut être mieux ? Même si parfois on est surpris de la violence des propos sur le net, ou l’écrit reste l’usage, mais ne reflète pas toujours l’humour ou l’ironie des propos si l’on ne manie pas parfaitement la langue française ( j’avoue avoir mis du temps à me remettre d’échanges assez vifs au début de disco-fr sur la refonte de la classification musicale.

Par contre le terme aiguillon salutaire, oui , car c’est un peu de cela dont il s’agit, en plus d’un besoin réel (et nombriliste ?) de dire les choses ( « à raconter ses maux souvent on les soulage »)
donner de l’information ou tout simplement inciter des collègues à s’intéresser à de nouvelles pratiques ? Peut être, mais surtout dans un réel esprit collaboratif (on ne me retirera pas de l’idée que le web 2.0 est plus qu’un sujet de conversation ou qu’un alibi justifiant la création d’un blog (Et zut je suis en train de virer sectaire !)

Le constat un peu triste ? Non surtout pas, les blogs m’ont fait avancer dans ma réflexion sur ma profession et ses enjeux et en comparaison me mette au même niveau d’information (même plus) que des collègues qui lisent la presse professionnelle ou s’informent par les circuits traditionnels.
Tout en y trouvant un réel plaisir ce qui n’était pas toujours le cas et ne l’est toujours pas lors de la lecture de certaines revues professionnelles, c’est vrai que ce ton décalé, bon enfant, me plait,
alors pourquoi bouder son plaisir ?

samedi 19 mai 2007

Je savais même pas ça existait


Dérivons-z-un peu c'est bientot dimanche !

Science-fiction :

et si on se mettait à écrire nous mêmes les romans que l'on va prêter à nos usagers, ça règlerait tous les problèmes de droit et autres...
Nan je rigole, mais quand même je viens de découvrir qu'il existait des générateurs de romans !

Et rien que pour les filles, un exemple de générateur : "le bal du prince"
C'est minable, ça ressemble à un mauvais roman sentimental,
mais j'ai quand même réessayé 3 fois, pour tenir au mieux 3:53 minutes et finir par tuer le prince ;-(
C'est pas de ma faute, je vous jure, il boit n'importe quoi aussi cet abruti !
Je me doutais bien que je n'avais rien d'une princesse, ah la la !
Triste retour à la réalité
M'en fiche puisque c'est ça, je vais retourner lire "Autant en emporte le vent" que je viens de trouver dans une édition de 1939 et pis après je regarderais encore une fois "in the mood for love"....
Enfin avant, je refais un essai, en essayant de ne pas renverser de tarte aux myrtilles sur ma robe de bal, cette fois-ci ;-)

Comment recycler....

... De vieux vinyls (une fois numérisés ?)vu sur W3sh magazine

dimanche 13 mai 2007

And the Winner is...

Mes collègues ayant réussi à me convaincre que la France avait une chance de gagner l'Eurovision cette année.
J'ai donc jeté un oeil sur ce dinosaure sirupeux à paillettes et une fois de plus totalement ringard.
J'ai tenu jusqu'aux Fatals Picards (qui arrivent 22e sur 24 !), certes décalés mais parfaitement en adéquation avec l'ensemble qui ne fait qu'on ne sait plus qui se prend au sérieux...

Par contre j'ai été agréablement surprise de la place des bibliothèques entre les chansons : j'y ai vu une petite séquence avec un bibliobus et une autre dans une bibliothèque à "l'ancienne" (poussière, vieux livres, escabeau...)
Donc le gagnant de cette année est la Serbie :

vendredi 11 mai 2007

Un billet que j'aurais bien vu sur le blog de Biblobsession
;-)
 
 
"Téléphone rose" pour vanter le fonds érotique d'une bibliothèque

"VIENNE - La bibliothèque de la ville de Vienne a lancé un service de "téléphone rose" pour faire connaître son riche fonds de littérature érotique classique. Pour 0,39 euro la minute, on peut entendre 7 extraits de textes érotiques et 3 chansons coquines.

Fondée en 1856, ce vénérable établissement recèle un fonds de plus de 500'000 livres dont 1200 ouvrages de littérature érotique, notamment française et allemande, des XVIIIe, XIXe et XXe siècles.

Le numéro rose, qui n'est accessible que depuis l'Autriche, sera en service jusqu'au 31 mai, a indiqué la Wienbibliothek."

mercredi 9 mai 2007

postes d'écoute

En cherchant des idées pour le projet de mediathèque sur lequel je travaille


je suis tombée sur ça :
Il est sonorisé avec une carte mémoire : idéal pour écouter les sélections proposées par la bibliothèque.
Je le verrais bien à la place des habituels casques de Mickey, qu'en plus je trouve pas hygiéniques, associés à d'immondes chauffeuses.
Il a un côté années 70 très mode et puis la sieste est très tendance aussi,
il est un peu cher c'est vrai mais dans un bâtiment ou l'architecture sera très présente, il aurait un sens...
Oui je rêve

dimanche 6 mai 2007

démocratie

Je vous invite à aller faire un tour sur le blog d'Affordance toujours aussi bien, mais dont les deux derniers billets sont à lire absolument...

samedi 5 mai 2007

2e jour de concours


La photo a été prise en live de la salle de concours ;-)


Ce matin je ne me suis pas arrêtée au Starbuck coffee,
je ne suis donc pas arrivée en retard,
mais quand même l'année prochaine je dors à l'hotel
5h du mat' ça ne me va pas.

Ce matin c'était note de synthèse,
je ne fais pas durer le suspense :

38 pages à synthétiser sur le thème :

"Bibliothèque et protection des données et de la vie privée "

Ouf !
La j'avoue que ça va mieux qu'hier...

Et après 4h penchée sur le sujet me voilà devenue très au fait du "USA patriot act",
ça aura au moins servi à quelque chose
et j'aurais lu aussi le code de déontologie de l'ABF
que je n'avais jamais pris le temps de lire
(n'empêche j'aimerais bien savoir qui l'a lu réellement ;-)
J'ai avoué à qui le tour ?

Finallement c'est plutôt formateur ces concours,
Allez je recommence l'année prochaine

vendredi 4 mai 2007

Conservateur territorial session 2007

Le titre est flamboyant, mon récit va l'etre beaucoup moins ;-(

Aujourd'hui donc première épreuve de ce concours, auquel j'ai failli ne pas accéder à 5 min près, car je me suis arrêtée boire un café au Starbuck café (Leurs cafés sont excellents ainsi que leur gateau aux carottes :-) et je me suis mise en retard.

Après avoir fait l'amer constat que pour les internes il y avait environ 4 rangées de 20 personnes pour 6 postes !
Arrive la distribution du sujet :

Le sujet de la composition de cette année.... Roulement de tambour... Ta dam... :

"Ce n'est pas au juge ou au législateur de dire l'histoire"

Pierre Nora in : le temps des médias n°5

Mazette !

Je passe le fait que l'histoire n'est pas mon domaine et encore moins le législatif, ca va donc être le désert pour les citations, bon je comprends bien qu'il y pourrait y avoir un problème à confier l'élaboration des lois, l'application de ces lois et l'histoire au même groupe qui ainsi pourrait dire et faire dire ce qui l'arrange, je vois bien que cela pourrait mettre à mal nos democraties, mais de la à faire 4h...
Je l'ai fait, certes, j'ai même failli avoir un malaise quand j'ai regardé l'heure et vu 16h54 ! J'ai pensé qu'il ne me restait plus que 6 min pour finir de copier ma conclusion que dans la panique je ne trouvais plus, avant de me souvenir que nous avions commencé avec 20 min de retard et que j'étais donc dans les temps, piou !
Mais j'ai quand même eu du mal à calmer les tremblements de mes mains, ma copie a donc l'air d'un vrai torchon, pourtant j'avais pris mon stylo plume comme autrefois, je l'ai changé depuis la fac quand même, mais le souci c'est qu'en fait je suis 10 fois plus rapide au clavier qu'à la main, dorénavant et que pour l'année prochaine il va falloir que je m'entraine à faire des lignes, afin de retrouver la rapidité que j'ai perdue !pffffffffff !

Allez haut les coeurs ! on remet ça demain : debout à 5h pour rendre une note de synthèse, quand je dis que j'aime pas les samedis...

mardi 1 mai 2007

Une bibliothèque dans un mobile

C'est le titre d'un article du Figaro :

"...Ce mode de lecture est particulièrement adapté aux Japonais (pour l'instant ?), condamnés à passer de longues heures en transport en commun. Il permet de pouvoir lire sans avoir à porter de lourds ouvrages ; quant aux auteurs, ils utilisent l'interactivité permise par Internet pour recueillir à mesure du récit les suggestions du lectorat, voire les intégrer dans l'histoire. Les éditeurs, qui ont tous désormais un site consacré au mobile, y voient un moyen de ramener à la lecture une jeunesse qui l'a déserté ... "

Cette forme de livres que nous appelons les livres-lus, les textes enregistrés, les CD-textes, les livres racontés... (Vous choisirez l'appellation qui vous convient ;-) est une voie que nous devrions explorer sous cette forme moderne permise par les mobiles, MP3 ou autres PDA (Si vous n'avez jamais écouté un livre-lu en faisant un long trajet ou en repassant, là c'est la ménagère de moins de 50 ans qui s'exprime ;-) je vous conseille d'essayer, pour ma part j'ai ainsi pu lire "Les Fourmis" de Bernard Werber qui, à priori, ne me tentait pas trop et que j'ai adoré et je ne vous parle pas des "Maîtres du mystere" diffusés sur France Inter et édités en K7 il m'est arrivé de rester dans ma voiture une fois arrivée chez moi afin d'avoir la fin de l'histoire)

Car il ne faut pas oublier que si la musique est la première des pratiques touchée par Internet, les livres suivront : nos usagers fréquent nos bibliothèques mais ils empruntent de moins en moins de livres...
Et la lecture reste une de nos missions de base, n'est-ce pas ?
De plus cette pratique permet de mettre les déficients visuels à égalité avec le reste des usagers. et si on ajoute les podcasts qui sont sur le même créneau, on tient quelque chose ?