dimanche 30 mars 2008

Musique

Et un de plus à mettre sa musique en ligne gratuitement :



Moby

Son nouvel album est à écouter en totalité sur sa page Myspace
(Et le peu que j'ai entendu a l'air très très bien)
Dire que j'ai passé un certain temps hier à mettre de la musique sur ma clef USB pour avoir de la ressource dans le train. Alors que tout simplement je vais certainement écouter ce nouvel album pendant le voyage avec l'eeepc.
Quand je dis que c'est même pas la peine que j'apprenne à télécharger... ;-)

samedi 29 mars 2008

J-1

Demain direction la ville rose, pour :
(pour ceux qui n'auraient pas suivis, je vous rassure il s'agit pas d'un match de rugby)
Pas très en forme, j'appréhende la journée dans le train, je ne pensais pas que c'était aussi loin et aussi mal desservi, en plus y'a même pas un starbuck café...
En cherchant à en savoir un peu plus sur ce territoire totalement inconnu aux marches du monde, pour la normande que je suis, je suis tombée sur ça :

A Toulouse en 1969 ;-)

Ca devait être sympa les rencontres de bibliothécaires à l'époque ;-)
On notera déjà le "léger décalage" car la même année le style c'était plutôt ça :

Mais peut être que le soir, une fois son travail fini, elle rentrait chez elle et se transformait ?
"Born to be wild" ;-)

Et donc une musique de l'époque et de circonstance avant de prendre la route, mais aussi parce que.... :




Cette année le concert proposé c'est le requiem de Gilles ;-)

Et oui j'irais, nonobstant les mauvaises langues, parce que je suis ouverte à TOUTES les musiques (enfin j'essaie ;-) surtout quand elle est jouée devant moi, d'habitude j'aurais dit "j'aime la musique vivante" mais pour un requiem j'ai peur aux commentaires ironiques ;-)

Bien sur j'emmène l'eeepc, mais l'activité du blog risque d'être ralenti faute de temps...

On the road again...

jeudi 27 mars 2008

Sale temps

Le web 2.0 français vit sa première crise morale, certains sont condamnés pour avoir proposé des fils RSS dont ils ne maîtrisaient pas le contenu, condamnation qui risque d'avoir beaucoup de conséquence néfastes dans la blogosphère, d'autres comme Radio Nova retire un clip dérangeant de leur (excellente) campagne de pub :

Même chez les bibiothécaires certains se posent la question de savoir si ils vont continuer certaines rubriques de leur blogs...

mardi 25 mars 2008

[HS] futile

Parfois je me demande si je ne vais pas ouvrir un autre blog...
Parce que j'ai envie de montrer ça :

Ca c'est le nouveau coupé Renault Mégane, encore à l'état de concept-car, et qui je ne sais pas pourquoi n'est pas sans rappeler les (trop belles) chaussures Louboutin que l'on reconnait au premier coup d'oeil grâce à leur semelle rouge :

Parce que ça n'a rien à voir avec la profession et que c'est totalement futile...

lundi 24 mars 2008

Proxémie

Attention ceci est un billet sérieux ou je vais faire ma grincheuse ;-)

Vendredi, nouvelle conférence organisée par ma collectivité, cette fois le sujet en était l'accueil. Je dois avouer que le sujet ne m'interpellait pas plus que ça...


Mais une fois de plus on a eu un intervenant vraiment intéressant, un petit bout de femme plein d'humour, qui vous balance des fondamentaux de sociologie accommodés à la sauce bibliothécaire, un régal.
Et j'ai, enfin, pu retrouver le nom de cette notion, dont on parle beaucoup en ce moment dans les bibliothèques, mais que l'on ne nomme pas :


Définie par l'anthropologue edward Hall comme une distance relationnelle induite par une distance physique.

Ca paraît compliqué comme ça, mais c'est très simple, c'est une théorisation de ce que nous vivons tous les jours : la distance que nous mettons entre nous et l'autre.
Sachant que cette distance est différente selon notre culture : elle est plus courte chez les méditerranéens et plus longue dans les pays du Nord.


Exemples de proxémies dans les pays latins :
- sphère intime (de 15 cm à 45 cm : pour embrasser, chuchoter)
- sphère personnelle (de 45 cm à 1,2 m : pour les amis)
- sphère sociale (de 1,2 m à 3,6 m : pour les connaissances)
- sphère publique (plus de 3,6 m).


J'insiste sur la proxémie, car c'est une nouvelle façon d'envisager l'accueil dans les bibliothèques, qui après nous avoir vu, pendant des siècles, vissés derrière nos banques de prêt, met en place une organisation radicalement différente, et qui, à mon sens, nous exposent beaucoup physiquement et psychologiquement, si elle n'est pas mûrement réfléchie et préparée.

L'idée est de supprimer les banques d'accueil et de placer des bibliothécaires "mobiles" dans les rayons afin d'établir une réelle relation avec l'usager, grâce à cette fameuse proxémie, l'usager va ainsi pouvoir choisir sa sphère relationnelle.


Certes, on va (presque) tous déjà dans les rayons, sous prétexte de ranger des documents, à la rencontre de nos usagers, mais on a la possibilité, si les choses ne se passent bien de pouvoir mettre un obstacle entre eux et nous : la fameuse banque de prêt. Ces nouvelles organisations me donnent l'impression d'une impossibilité de repli en cas de violation de la sphère intime ("touche-moi pas !";-)

D'autant plus que certains modèles en plus du bibliothécaire "mobile" proposent une configuration des lieux, avec une relation cote-à-cote entre l'usager et le bibliothécaire, plutôt que la situation face-à-face, même si j'entends bien, que c'est plus facile pour regarder un écran d'être du même côté que l'usager, pour ma part je n'aime pas le contact quand il n'est pas choisi, et une certaine expérience de lecteurs imbibés ou franchement agressifs fait, qu'en général, j'ai besoin d'un obstacle entre eux et moi au cas ou ça tournerait mal, ce que ne propose pas le modèle cote-à-cote.


C'est une nouvelle conception de notre métier, qui lui donne un autre sens, nous ne sommes déjà plus uniquement dans l'accueil, mais en voulant instaurer une relation avec l'usager nous sommes déjà dans ce que nous appelons de nos voeux : la médiation et qui pourrait représenter une des chances de survie de notre profession...



Mais que le chemin va être dur pour y arriver... Il s'agit quand même d'un bouleversement de notre relation ancestrale à l'autre (je me demande si je ne vais pas envisager une psychanalyse avant l'ouverture de la médiathèque ;-) Mais je suis prête aussi à changer d'avis si on m'envoie en stage !

Photos prise dans la galerie créée par Bibliobsession

PS : je tiens quand même à préciser qu'il y a des choses sur lesquelles je ne lâcherais pas : Oui, cher X, je refuse de porter des oreilles de Bunny même si elles sont roses, il faudra trouver autre chose pour nous différencier des usagers.

et je ne suivrais pas non plus le modèle américain qui envoie en formation le personnel des bibliothèques chez Mickey pour une formation sur l'accueil des publics ! (je refuse de me déguiser en Minnie et de faire des bisous aux mômes pour les attirer ;-)

dimanche 23 mars 2008

Trouvailles du net

Catégorie : c'est dimanche,

Pendant que certains proposent d'habiller ou de déshabiller des bibliothécaires, un billet inverse, pas de bibliothécaires à déshabiller, mais à la place (attention hein, pas n'importe qui ;-) :



... et pour l'avoir vu en vrai de tout prêt, je peux vous dire que .... heu... depuis je suis fan.
Au passage si vous ne connaissez pas, c'est le moment de l'écouter, moi j'avoue avoir un faible pour son album "crippple crow"...

sinon, rien à voir, mais histoire de montrer que je peux être sérieuse ce livre en 3d
(ça fait plus moderne que de dire livre animé ;-)

mardi 18 mars 2008

cartes de lecteurs

Ca ne vous est jamais arrivé de vous demander, en voyant l'état de certaines cartes de lecteurs, ce qu'ils pouvaient bien faire avec ?

La bibliothèque de Lexington y a réfléchi :






Au moins eux ils ne l'oublient pas ;-)



lundi 17 mars 2008

Jeux musicaux

Un site pour rien ou comment massacrer Saint-Saens ;-)

Le principe : déplacer la souris en même temps que l'archer ! (Canards assurés)

Sinon, dans le pire, il y a aussi le piano :

dimanche 16 mars 2008

La banane

Cette expression ne fait pas partie de mes favorites, mais elle qualifie bien ce sourire que j'arbore depuis vendredi.

Part I et pour résumer : vendredi nous nous sommes retrouvés entre biblioblogueurs, non non on ne vire pas dans le sectarisme, la soirée était open: on a d'ailleurs eu le plaisir de voir Zazieweb en personne, les charmants jeunes hommes de ... (bin je me rappelle plus du site) actua-litté (?)...
Et surtout on a eu notre lot de surprises : mettre un visage (enfin) sur certains, s'apercevoir qu'en fait dans la réalité, ils sont encore ... pires que ce que l'on imaginait ;-)

Faire d'incroyables découvertes (nan je ne dirai rien, alors pourquoi je blogue ? Juste pour vous énerver ;-)
J'ai quand même de sérieux doutes sur les résultats du sondage qui veut que le blogueur moyen soit unE étudiante de 26 ans... Là c'est tout raté ! L'assemblée présente vendredi soir en était la démonstration contraire, même si certains affichent un penchant certain pour la grenadine à l'eau !
On a eu notre moment geek, bien sur, avec le bibliobsédé et son lecteur de code-barres (trop hype) Mediamus et sa PSP toute blanche (trop belle), Val et son portable rose avec brillants (trop fashion).
On a parlé de tout et de rien, on n'a pas refait le monde on l'avait deja refait tout au long de la journée, on en a quand même profité, bien sur, pour dire du mal de tous ceux qui n'étaient pas là ;-)

Bref un très, très bon moment, trop court, qui nous sort de notre quotidien parfois si desperate.


Part II : la ménagère de moins de 50 ans à Paris : un peu vaseuse de la soirée de la veille, il a quand même fallu revenir à la réalité, missionnée pour ramener un vrai t-shirt tecktonik (bin oui c'est ce que je disais : dur retour à la réalité ;-) je précise un vrai car j'ai bien trouvé un moyen de les faire moi-même, mais non, il en fallait un authentique, me voilà donc partie à la recherche de cette p.... de boutique, j'ai quand même fait quelques arrêts dont un passage au BHV, avant d'arriver dans cette fameuse boutique...

Imaginez-vous de bonne heure le matin (enfin de bonne heure quand on s'est couché tard) franchir le seuil et vous retrouver dans un univers avec des couleurs flashantes qui font mal aux yeux et une musique... atroce, qui vous résonne partout dans le corps.
Le pire c'est que cette boutique est plutôt une espèce de concept, je pensais attraper 2 t-shirts à la volée et me sauver vite fait, et bien non, vous vous installez, il y a des PC et vous créez le motif de votre vêtement...
Misère ! J'ai donc pour la première fois de ma vie béni le vendeur ou la vendeuse (je n'ai pas étais fichue d'en reconnaître le genre ;-) venu vers moi pour me demander si il pouvait m'aider !

En sortant du magasin j'ai respiré un grand bol d'air et filé au Starbuck café, me remonter le moral avec le fameux gateau aux carottes et un divin café...

Avant d'attraper le train...


Naaaan mais vous ne pensiez quand même pas qu'on allait sortir de l'anonymat !
et tomber les masques ;-)
De mémoire, et rien à voir avec un quelconque ordre sur la photo :
argh j'avais oublié Touti Frouti, parti avant la photo...


PS : un grand merci à Liber, libri pour cette heureuse initiative.

jeudi 13 mars 2008

nouvelle ère (de jeux)

Ces derniers temps, j'ai l'impression de vivre un épisode de sience-fiction.
Il souffle sur notre profession un vent... pour le moins rafraîchissant
Certes, il y avait déjà eu des prémices avec le bibliobsédé et sa cage aux bibliothécaires, Couv ill en coul...
Et maintenant il y a la BU d' Angers et sa gestion des retards pour le moins originale...

On ne peut que se réjouir de savoir qu'il y a dorénavant des gamers, voire des conservateurs tatoués dans nos bibliothèques (il paraitrait même que des bibliothécaires ont plus de jeux vidéos que de livres ! je vous rassure il s'agit là d'une légende urbaine, personne n'a pu le vérifier).

Certains diront qu'ils ne s'agit là que de futilités qu'ils seront bien vite rattrapés par le sérieux de la profession (pourvu que non ;-)
Pour ma part, je crois que derrière cet humour potache se cache une réelle réflexion sur notre métier, une vraie prise de conscience des enjeux en cours, du danger qui plâne au dessus de notre profession, cette apparente futilité est à la mesure de l'angoisse qui nous étreint, même si le biais choisi n'a pas fini d'étonner, enfin c'est toujours mieux que de déverser son fiel sur les collègues.
Ma crainte (bin oui j'ai quand même quelques réserves, entre autres : je ne sais pas jouer aux jeux vidéos ;) vient des usagers et même des plus jeunes dont le sérieux me fait peur.

Quand je vois parfois certains de nos lecteurs se plaindre du fait, que nous, bibliothécaires faisons trop de bruit, de nous demander de baisser la musique ou mieux de la changer, alors que l'on est dans un espace dédié à la musique, voire même de reprendre à leur compte notre célèbre et mythique :

"chuttttttttttt"

Je m'inquiète de ce basculement et je me me demande, on m'a changé d'univers, je suis entrée dans la 4e dimension ? Second Life est devenue la vraie vie ?
Je vérifierais tout cela demain aux biblioblogades, et après avoir planché sur les bibliothèques hybrides, je reviens vous dire ce qu'il en est ...




PS : Vous croyez que ça va être possible de demander un stage formation WII au CNFPT ?

mercredi 12 mars 2008

Musique

J'étais en train de me dire que je n'avais même pas fait un billet sur "les victoires de la musique" (si c'est pas malheureux pour une bibliothécaire musicale ;-)
En fait, en y réfléchissant je me dis à quoi bon faire un billet sur un non-évènement, car je n'y ai rien entendu d'original, des Victoires sans surprises accordées à des succès commerciaux, je me suis ennuyée et j'ai plusieurs fois piqué du nez...



Le palmarès 2008 :

Artiste masculin de l'année : Abd al Malik (son album n'est pas de 20006 ?)

Artiste féminine de l'année : Vanessa Paradis

Musique électronique ou dance : Justice (j'aurais préféré Wax Tailor)

artiste révélation du public : Christophe Maë

artiste révélation : Ronan Luce

l'album de variétés de l'année : Vanessa Paradis "divinidylle"

Album pop-rock : Etienne Daho "l'invitation"

album musique urbaine : MC Solar "chapitre 7"

album musique du monde : Yael Naim

musique de film : Eric Serra pour "Arthur et les minimoys"

chanson "originale"(?) : Christophe Willem "double jeu"

spectacle, tournée, musical : Michel Polnareff

Vidéo-clip : "1234" Feist

DVD musical : "le soldat rose"

Ca me fait penser à un autre grand moment de télévision tout aussi soporifique :
l'Eurovision

et cette année notre représentant sera Sébastien Tellier. L'année dernière je m'etais moquée des Fatals picards qui avaient représenté la France, jusqu'à ce que je les vois en concert et que leur prestation me fasse changer d'avis. Peut être en sera-t-il de même cette année, car j'avoue que ce que j'ai entendu du dernier album de Sebastien Tellier me laisse perplexe : on dirait du Jean-Michel Jarre ou du mauvais disco, pourtant ses interviews dans la presse écrite m'avaient plues, jusqu'à ce que je le vois à la TV, imbu barbu pas convaincant du tout, peut être était-il mal à l'aise, mais il donnait une image de lui-même pas très sympathique.

alors j'en profite pour placer mon coup de coeur du moment, ils s'appellent Tellier eux aussi :

Leur premier opus était déjà très bien et le second encore mieux : un peu blues, un peu folk, un peu années 60, des cuivres qui vous emmènent vers les frontières mexicaines, un joli melting-pot et en plus ce sont des normands ;-)

[...Je cherche un second souffle

car je n'ai plus d'air à inspirer et les deux L de Tellier n'y peuvent rien changer
jamais je ne pourrais les déployer,
puis m'envoler loin de moi
De moi les gens disaient que je fus un enfant amer
je serai bien vite un homme à terre...]

dimanche 9 mars 2008

Re-publicité

Ah oui, j'oubliais, à propos de pub, y'a celle-là aussi, qui pour le coup me plait vraiment beaucoup (même si je ne fais pas partie de la cible visée ;-)

et je rejoins l'avis de Liber, Libri

On commence le calendrier aux biblioblogades ?

journée de la femme

Catégorie : quand la pub s'essaye à de nouveaux clichés !

La réponse à la devinette : oui il s'agissait bien de lessive !
Lessive qui tente de faire vendre sa nouvelle gamme sur le web. On sait que la pub sur la toile (en coton) est en plein essor(age) il fallait donc à ces produits traditionnels un moyen de s'y implanter. Ce qui est rassurant, et très fort c'est d'avoir réussi à garder les mêmes clichés mièvres, niais, sucrés et dégoulinants qu'auparavant :



Un des moyens trouvés pour vendre : élire le plus beau gosse du web


Comme par hasard le beau gosse en question (dont la ménagère s'empresse d'aller voir le blog) est un consultant en e-marketing dont le dernier billet vous fait passer la saucisse Herta pour un must de la branchitude bobo !
(Trop bien y'a même une appli Facebook pour la saucisse ;-)
Mais ce n'est pas tout !
et là on atteint des sommets
(A Ceux qui ont le rose en horreur, ne surtout pas regarder ;-)


Le pire dans tout ça ?
Je vais finir par aimer ce que j'ai detesté :


samedi 8 mars 2008

ebooks, liseuses, ereaders...

Un article à lire dans "Le monde 2" (no 209) sur le livre numérique et qui fait écho au buzz du moment sur les e-books, vedettes du prochain salon du livre, vous trouverez aussi des billets très interessants (et plus complets ;-) sur le sujet chez La Feuille , teXtes et chez François Bon.

Ce reportage livre des témoignages de pratiquants de la lecture numérique et celui du patron de P.O.L qui avoue lire les manuscrits qu'il reçoit sur un e-book mais n'envisage pas de développer ce système pour sa maison d'édition (!) afin de ne pas "scier la branche sur laquelle il est assis". M'est avis que si les éditeurs continuent ainsi, on se retrouvera bientôt avec le schéma que l'on a connu pour les disquaires et la disparition des librairies indépendantes.

Donc une fois de plus la France fait figure de mauvaise élève avec environ 10 000 e-books sur le marché contre des dizaines de milliers pour les anglophones, cette offre restreinte est due bien sur à la réticence des éditeurs français à proposer des livres numériques et quand c'est le cas, le prix prohibitif : 19 € pour l'exemple cité de l'élégance du hérisson avec DRM ! et une mise en page qui apparemment gêne la lecture, fait fuir les potentiels lecteurs qui n'ont plus qu'à se tourner vers des offres gratuites de livres tombés dans le domaine public ! De la même façon que l'industrie musicale freine l'innovation et poussent les internautes à se tourner vers les open-soucre. Ce n'est plus scier la branche sur laquelle... Mais couper l'arbre à la tronçonneuse !

Au passage et comme quoi je ne suis pas encore suffisamment geekette j'ai appris qu'on pouvait lire des livres (ou/et des dictionnaires) sur autre chose que des e-books ! des téléphones, des PDA, et même des GPS !




Je n'évoque pas les connus Gallica, Googlebooks et Wikisource, cités dans l'article mais quelques autres qui se sont lancés dans l'aventure en proposant comme le français ebookgratuits, qui comme son nom l'indique, propose des livres gratuits ou l'anglophone feedbook qui propose même le kama-sutra ;-) ou encore Numilog déjà connu pour ses livres audio.

Même si je trouve le principe du Kindle d'Amazon interessant, l'Ebook ne fera pas partie du panier de la ménagère pour des raisons très simples : dans les transports ma préférence va au livre-audio (oui en voiture c'est plus raisonnable ;-) et à la musique :-)
On peut lire des livres sur des portables, l'eeepc et son écran mat s'y prête très bien.

Parce que j'ai déjà pesé mon sac et il était limite obèse, et encore, c'était avant les 900 g de l'eepc et le GPS-lecteur-MP3-JPEG, alors même si les grands sacs sont à la mode : les deux premiers, plus le téléphone, plus diverses bricoles de filles et mon épaule crie pitié..

Pour finir une note optimiste, une citation trouvée dans le dernier numéro de bibliothèques de l'ABF :

"Le livre survivra, c'est un bon partenaire au lit " (Amos Oz)

;-)





vendredi 7 mars 2008

Dans le désordre

Une nouvelle façon d'envisager la musique, façon soi-disante communautaire, mais à mon sens basée une nouvelle fois sur des histoires d'argent (peut être qu'un jour j'arriverais à accepter que la musique est avant tout une industrie)


En effet, MyMajorcompany, Spidart, NoMajormusik, vous proposent de "miser" de l'argent sur des artistes qui vous plaisent, si d'autres font comme vous, arrivés à une certaine somme ces artistes sont envoyés en studio !

Chez NoMajorMusik il suffira de 3 000 € pour gagner l'entrée d'un sudio, par contre chez MyMajorCompany il faudra passer le cap des 70 000 € (bien sur les prestations ne sont pas les mêmes mais la somme me parait astronomique !)


J'AIME PAS le principe, je suis peut être réactionnaire, mais j'écoute de la musique et si elle me plait j'achète l'album. Et cette espèce de boursicotage aléatoire ne me convainct pas du tout, j'avoue ne pas être allée plus loin, peut etre y-a-t-il un retour sur investissement de l'artiste une fois qu'il a produit son titre ? Mais dans ce cas c'est encore pire ! J'ai jamais aimé jouer au tiercé...
On serait pas en train de nous faire faire tout le boulot ? On découvre, on plébiscite et ... On paye !
Le système me parait tronqué, à une moindre échelle cela me fait penser au racket dont nous sommes victimes en fin d'année au moment des kermesses d'école et autres joyeusetés ou on doit donner un peu d'argent au fils du voisin, au fils du copain de la copine de la boulangère... sous peine de passer pour une radine qui n'aime pas les mômes !
Là en plus on pourra faire appel au réseau social : "Allez mes chers amis de Facebook un geste pour des petits jeunes qui débutent..."

A celà, il faut ajouter un autre phénomène contigu en plein dévéloppement et qui peut faire peur : la notation ! Les profs notés par les internautes, bientôt les médecins, à quant les bibliothécaires ? Je mise de l'argent sur ton groupe et une fois le CD paru je l'achète pour la bibliothèque mais en échange tu fais appel à ton réseau social pour qu'ils me notent bien !
On est loin de l'échange gagnant-gagnant évoqué par Michel Serres, mais bien sur le modèle donnant-donnant.

L'internet aux internautes pour moi ce n'est pas ça ! Ouais je sais y'en a qui disent que je suis fleur bleue, j'ai juste pas du naître à la bonne époque (bien que les robes à fleur et les bandeaux dans les cheveux c'est pas mon truc non plus ;-)

Mais, déjà que je rame pour comprendre les digitales natives, que mon métier est en voie de disparition : quelle serait notre place dans un tel système ou nous misons pour survivre sur la recommandation et la médiation ? J'ai pas envisager de me reconvertir en bookmaker !

Je râle, je râle, mais j'avoue avoir quand même un petit faible pour eux : The Vernon Project
Et allez, je veux bien parier : je suis sure que si ça marche pour eux ils seront très vite récupérés par une major ;-)



Ah ! une dernière chose qui me fait detester ce système et penser qu'il ne durera pas : impossible de vous faire écouter un morceau sans passer par la connection au site de NoMajorMusik ou Myspace ! Rien sur deezer, sur youtube, sur Dailymotion...










http://lump.fr/index.php?mod=mod_blogs&id=550

jeudi 6 mars 2008

Addictif

Un Jeu trouvé sur les explorateurs du web
Crayons physic de luxe








Même sans l'écran tactile et juste avec la souris il plaît à toutes les catégories d'âges !
(Pour ceux qui le testeront je suis restée coincée là :

Je suis preneuse d'une astuce...

mercredi 5 mars 2008

Devinette

Voici un extrait d'une pub :


[...Nous avions besoin de casser les codes pour faire passer un message différent sur ...Tûûût(nom du produit) et l'expérience de bonheur qu'elle peut apporter", explique Mr X, en charge de l'opération. "Nous souhaitions également initier une relation durable avec nos consommatrices qui sont pour la plupart accros au Web."






Vous avez deviné de quel produit il s'agissait ? allez un petit effort...

Un indice ? Quelques termes associés à ce produit : tensioactifs, peroxydes, chélatants, eutrophisation...
Allez je vous en donne un autre : quasiment tout le monde en a chez soi !
Et si vous n'en avez pas ne m'invitez pas ;-)

A suivre...

lundi 3 mars 2008

incitation au piratage

J'avais préparé un billet sur "le rock à Rouen il y a 20 ans", à la suite de la mise à disposition sur Daily motion par un internaute de l'émission des "enfants du rock" : une belle occasion de revoir des groupes aujourd'hui disparus commes les Dogs, Gogol 1er, Stalker, ... et même les Calamités !


Las ! C'était sans compter avec L'INA qui est intervenue pour faire retirer les vidéos en question. J'aurais compris, si au moins l'INA avait mis les émissions des "enfant du rock" en ligne sur son site, or ce n'est pas du tout le cas.

Je trouve ça lamentable, On prive les internautes d'un accès à la mémoire collective. Il n'y a aucun moyen de revoir ces images, à moins....

de se tourner vers le téléchargement illégal !

Et de basculer du côté obscur ;-)


Voilà comment on devient un pirate : pour des raisons qui me paraissent pleinement justifiées et qui plus est parfaitement désintéressées.


Maintenant si il arrivait qu'un membre d'un de ces groupes cités dans l'émission lise ce blog (je sais mais j'ai le droit de rêver ;-) J'aimerais bien avoir son avis, car je trouve que c'etait là un moyen de les évoquer à nouveau, de les faire connaître à des plus jeunes, et qu'en agissant de la sorte l'INA fait obstacle ? J'aimerais savoir aussi ce qu'il en est de leurs droits, ont-ils un droit de regard sur la diffusion de ces images d'archives TV ?



En attendant le seul genre d'hommage possible pour éviter l'oubli :


Cette photo a été prise par D@niel et est visible avec d'autres sur le blog photo de Rouen


C'etait en 2007, un hommage rendu à Dominique Laboubée des Dogs


dimanche 2 mars 2008

Lecteurs vous etes merveilleux

Mais non je n'en fais pas trop ;-)


cash advance


Pourquoi se priver du plaisir de flatter votre égo (et le mien par la même occasion ;-)
Ce site propose un calcul du niveau de votre blog (j'ai un doute sur la façon de calculer mais bon... au vu du résultat je ne vais pas chipoter) :

Vous lisez un blog de niveau High school !

Merci à vous de faire cet effort de lecture ;-) et jen profite pour vous remercier de tous les commentaires que vous y laissez.

Ce blog est ma fenêtre ouverte sur le paysage du net, à chaque fois que j'y prends l'air je découvre de nouveaux paysages, de nouvelles perspectives, depuis ce blog je n'ai jamais autant écouté, échangé, parlé de musique (sans jamais télécharger ;-)

Voilà c'est tout pour aujourd'hui, car une journée chargée attend la ménagère qui voit se réduire un peu plus ses chances de rester dans la catégorie des moins de 50 ans ;-)

samedi 1 mars 2008

J-15 (aussi)


Dans 15 jours auront lieues les biblioblogades :

rencontres de *thécaires

A Paris

Starbucks (pour certaines), macarons Ladurée (pour d'autres), shopping (pour toutes ?)