vendredi 31 juillet 2009

message a caractère publicitaire

Comme vous ne l'avez peut être pas constaté, ce blog est dénué de bannières publicitaires, or depuis quelques temps je reçois des propositions pour vanter sur mon blog les qualités de sites de généalogies ou autres joyeusetés, mais il m'arrive de recevoir des propositions intéressantes comme celle de tester une "imprimante photosmart premium C309" et là, bien entendu, j'accepte trop contente de recevoir à domicile un tel objet :
Bon vous commencez à me connaitre je ne vais pas vous parler des caractéristiques techniques de la bête (la fiche descriptive sur internet c'est pas fait pour les chiens ;-) Je vais plutôt évoquer son usage dans le foyer pendant ces semaines et la déception de Génération Y et Z quand il a fallu la rendre : "tu peux pas mettre la vieille à la place dans le carton, y-z-y verront que du feu !" "Bien sur, bien sur..."
Tout d'abord que reprocher à cette machine ? Elle ne fait pas le café ! Sa couleur ? je l'aurais bien aimé en rose ;-)
Sérieusement : vous la branchez sur la box et sur le secteur, vous allumez, vous mettez le CD et pis c'est tout : ça fonctionne sur tout le réseau ! Non seulement Generation Y et Z ont réussi à l'utiliser mais moi aussi j'ai tout compris : il a juste fallu négocier l'accrochage des impressions d'Avril Lavigne et autres Pokemon pour éviter qu'ils ne recouvrent tous les murs de la maison.
On en a profité pour numériser quelques dizaines de photos et négatifs qui trainaient depuis plusieurs siècles (dommage on a manqué de temps pour tout faire ;-)Au centre

mercredi 29 juillet 2009

c'était l'été à la mediathèque

Tant pis même si je n'ai pas été aussi rapide que couv ill en coul, je blogue quand même cette performance à ajouter au concours de chariots du prochain congrès de l'ABF ?

OfficeLipDub from Mediathèque de Vaise / Bibliothèque municipale de Lyon (France) from Arts Vivants on Vimeo.



Bravo à la mediathèque of Vaise

mardi 28 juillet 2009

cartographie

Pour éviter les quiproquos lors de vos voyages dans nos belles régions :
Vue chez graphisme & interactivités :

une cartographie des bises ;-)


comme il est dit dans un des commentaires : il serait intéressant de comparer cette carte à la propagation du virus H1 N1 en France...

dimanche 26 juillet 2009

samedi 25 juillet 2009

beaucoup de bruit pour rien

J'ai voté POUR la motion de l'ABF CONTRE la censure d'Orelsan par des politiques dans les bibliothèques de Paris,


Mais je n'ai pas voté contre la censure d'Orelsan, pour différentes raisons, telle celle évoquée par Maître Eolas sur son blog :

"Per­sonne ne vous oblige à l’écou­ter.
Rien ne vous auto­rise à le con­train­dre à se taire "

Mais aussi parce que j'ai écouté cette chanson qui fait polémique et si effectivement les paroles sont hyperviolentes, elles sont à mon avis le reflet d'un genre musical : le rap. Et dans ce domaine sur le sujet il y a matière, alors pourquoi ne pas avoir réagi avant à des groupes bien plus haineux et disposant d'une couverture mediatique de plus grande envergure ?
Ca n'a pas l'air d'émouvoir les foules qu'un des membres de NTM défraie régulièrement la chronique par sa violence et son irrespect de la loi ? Non on voit même certains politiques avec enfants se pâmer devant eux !


Dans cette chanson, j'y ai entendu le desespoir d'un homme cocufié par sa femme, et personne n'ignore que le désespoir engendre parfois des sentiments extrèmes contre l'objet du désir autrefois adoré... Bon je ne vais pas me faire l'avocat du diable et détailler une énième histoire d'amour qui tourne mal, si l'on peut justifier, cela n'excuse pas, mais je n'y vois pas l'incitation d'un passage à l'acte. Ce groupe serait certainement passé inaperçu (n'oublions pas qu'il vient des fins fonds de la Normandie : l'Orne et plus précisément Alençon, au passage on notera dans la bio d'Aurélien Cotentin (Orelsan) que sa maman est instit et son père directeur de collège).



J'ai pu voir Orelsan en concert car il était programmé au "rock dans tous ses états" à Evreux et même si le rap n'est pas ma tasse de thé, j'ai profité de l'occasion pour assister à son concert et me faire ainsi ma propre opinion sur ce groupe : je me suis ennuyée, même si le groupe fait usage de déguisements en peluches et super-héros sur scène, cela m'a confortée dans mon idée que l'on fait trop de bruit autour de ce groupe, enfin surtout de cette chanson (qui n'est même pas sur l'album : on peut d'ailleurs se demander ce que vont devoir retirer les discothécaires de la ville de Paris de leur bacs ?). Je m'attendais à un public bien plus nombreux, mais surtout leur prestation a été totalement éclipsée par un autre groupe présent le même jour : le collectif Zone libre, ce projet rock qui associe le guitariste de Noir Désir Serge Teyssot-Gay, le guitariste de Yann Tiersen Marc Sens et le batteur de Sloy Cyril Bilbeaud et l'excellente Casey qui participe aussi à "La Rumeur").


et autrement plus talentueux !

Ce qui me gêne dans cette histoire, c'est comme je l'ai déjà dit, tout le foin fait autour de cette chanson qui n'en vaut pas la peine et qui au contraire la met sous les feux de la rampe, non ce qui me gêne ce sont les politiques qui se posent comme censeurs, garants des bonnes meurs, cela me fait penser à la citation de Benjamin Stora tombée au concours de conservateur 2007 : "ce n'est pas au juge ou au législateur de dire l'histoire" cette citation pourrait-elle être reprise :"ce n'est pas aux politiques de dire la loi ?"
Et je n'ai aucun doute à ce sujet quand je lis le post de Maître Eolas sur le sujet et les commentaires qui vont avec 472 à ce jour, qui volent parfois bien bas !

Cette intrusion du politique dans nos choix documentaires est inquiétante, elle piétine la liberté de la profession qui essaie de proposer un large choix de la production musicale à des usagers considérés par ces censeurs comme des abrutis incapables de faire jouer leur libre arbitre ! Comme le dit un com' sur le blog de l'ABF : "[..aujourd’hui Orelsan, demain, la plupart des rappeurs dont les textes sont parfois plus violents que celui-ci (NTM!), après demain les oeuvres de Céline, au prétexte de se positions collaborationnistes,etc …]"

Et comme le cite Maître Eolas : "[...une liberté fon­­da­­men­­tale est fou­­lée du pied au nom des meilleu­­res cau­­ses...]"
[...Les Révo­lu­tion­nai­res l’ont dit il y a pres­que 220 ans jour pour jour :

La libre com­mu­ni­ca­tion des pen­sées et des opi­nions est un des droits les plus pré­cieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc par­ler, écrire, impri­mer libre­ment, sauf à répon­dre de l’abus de cette liberté, dans les cas déter­mi­nés par la Loi...]

jeudi 23 juillet 2009

mercredi 15 juillet 2009

la plage

Attention : billet sans aucune allusions bibliothéconomiques
Ou comment s'occuper en se faisant bronzer (indice 50 minimun requis)
Hormis le fait que la plage c'est plein de sable qui se colle partout et qu'il n'y a même pas un galet pour coincer sa serviette.
Le trikini c'est pas seyant du tout et ça ne va à personne (NDLA: le trikini c'est cette espèce de maillot qui hesite entre se prendre pour un une-pièce ou un deux-pièces et qui fait des réapparitions régulières pour re-disparaitre aussitôt ce dont on ne peut que se réjouir)

Tout comme le trikini, le topless ne va pas à tout le monde, sauf à sortir d'une mer bien fraiche !

Pas la peine non plus de s'escrimer pendant des heures pour se faire une coiffure de naïade, la Mediterranée sait être teigneuse. Et j'adore (pour l'avoir vécu je peux me moquer) ces baigneurs qui sortent de l'eau hagards, les cheveux en vrac parce que les vagues les ont mis sens dessus dessous (pas que les cheveux), j'aime les voir sortir de l'eau essayant de reprendre une constance perdue que dénote de toutes façons non seulement leur coiffure mais aussi parfois leur maillot de bain, quand celui-ci n'a pas resisté à l'assaut des vagues et qu'une bretelle a lâché prise, marcher d'un pas décidé droit devant eux, puis les voir hésitants, ralentir le pas, regarder autour d'eux et s'apercevoir qu'ils sont perdus. Sans qu'il s'en aperçoivent le courant les a déportés, et si ils ont eu le malheur de choisir comme repère le parasol bleu à rayures blanches (ou inverses) parce que la plage fait 10 km de long, plate sans aucunes dunes pour se repérer (c'est incroyable le nombre de parasols à rayures qu'il peut y avoir sur une plage) ! Il ne reste plus qu'à errer quelques heures en plein soleil (en se demandant si finalement le parasol n'était pas plutôt jaune à rayures blanches ?) ou à aller pleurer auprès du maitre-nageur, mais bon l'amour-propre en prend un coup ;-)

C'est vrai que ce genre de naufrage a très peu de chances d'arriver dans la Manche ou la mer du Nord ;-)


dimanche 12 juillet 2009

carnets de vacances

Quelques anecdotes de vacances :

Tout d'abord le lieu des vacances : choisi depuis plusieurs mois dans le but retrouver ce camping perdu au fin fond des vignes avec quelques mobiles-homes égarés, tout près de la rivière aux plages aux noms si romantiques : la plage 1, la plage 2, la plage 3, etc..

Notre préférée étant la 4:


Sans nouvel après l'envoi de mon mail de réservation, j'ai quand même pris la précaution d'appeler, pour être sûre de la réservation dans cet Eden, le cultivateur-gérant de camping qui m'a assuré qu'il n'y avait aucun problème, son PC avait juste rendu l'âme mais il avait bien pris note de ma réservation : "Bin oui hein priorité aux anciens clients !" Parfait.
La veille du départ et sans vouloir paraître trop insistante, j'ai à nouveau téléphoné pour prévenir d'une arrivée tardive (et aussi m'assurer qu'il nous attendait bien, je suis normande et ménagère de moins de cinquante ans, ne l'oublions pas ;-) Bien m'en a pris : "hein, vous avez réservé pour demain, déjà ?"
Et voilà, bingo ! Le cultivateur-gérant de camping avait zappé MA réservation, pour louer MON mobile-home à d'autres ;-(
Heureusement, il a un frère gérant de camping-cultivateur (oui la différence est subtile mais réelle, comme vous le verrez plus loin) il s'est donc arrangé avec lui et nous a trouvé un nouveau lieu de villégiature chez son frère : le camping à côté, parfait.
Sauf que la notion d'Eden est un peu différent chez son frère, qui avant d'être cultivateur est d'abord gérant de camping (la fameuse différence ;-) : on est loin de l'enfilade de mobiles-homes, mais on est quand même dans une promiscuité qui nous permet de profiter pleinement de la vue et de la conversation de nos voisins. Dans un vrai camping il y a des animations organisées : après la soirée Karaoké, hier c'était la soirée bal, j'ai peur je n'ai pas lu le programme, pourvu qu'il n'y ait pas de match de foot retransmis sur l'écran géant ou d'élection Miss Camping !
J'ai par la même occasion appris que l'Ardèche était un haut-lieu de villégiature des gens du Nord et c'est vrai que n'importe où, ou se pose le regard on ne voit que des 59 ou des 62 ! Et alors ? Rien ! Ça m'évitera d'aller dans le Nord cette année ;-)

Sinon on a eu droit à un épisode cévenol (non il ne s'agit pas d'une rediffusion d'"Ardéchois coeur fidèle") mais d'un orage extrêmement violent, surtout au retour de la plage, quand les grêlons vous frappent de plein fouet sur les coups de soleil, au point d'être obligés de s'arrêter sous un arbre parce que de toutes façons vous n'y voyez plus rien à 10 mètres devant vous et que vous avez peur de vous perdre et de finir au milieu du terrain d'aviation qui jouxte le camping (en même temps il y a peu de chance de voir un avion décoller sans visibilité ?)


Vous êtes là grelottant sous votre arbre et Generation Y et Z morts de trouille parce que "il ne faut jamais s'arrêter sous un arbre quand il y a de l'orage !"
Faut pas croire, hein (ça y est j'ai pris l'accent ;-) on passe de bonnes vacances quand même, si on excepte le rocher de plusieurs tonnes qui s'est effondré dans la rivière près de l'endroit ou nous nous baignons, d'après les gens du coin c'est extrêmement rare, je me demande si c'est aussi rare que les réservations qui... Si l'on excepte aussi la limace trouvée dans mon assiette provençale et que je n'ai pas eu l'à-propos de photographier pour compléter mes photos collectors d'insectes vus de très près ;-)
sinon l'Ardèche est toujours une aussi belle région, avec plein de coins sauvages...


... Et des baraques à frites (si si je vous jure, elle est sur la route pour aller à Joyeuse ;-)

Suite des carnets de vacances prochainement avec une semaine prévue au Cap d'Agde...

vendredi 10 juillet 2009

bibliotourisme

Déformation professionnelle ?



Elle est jolie non ? Mais pour y accéder, je n'ai vu que cet impressionnant escalier métallique que je n'ai pas eu le courage de gravir en plein soleil, ne serait-ce que pour aller voir les horaires d'ouverture...

Une autre,
en espérant que ce n'est pas la bibliothèque municipale



Vu de plus près :


Encore une qui va contribuer à la bonne moyenne de l'amplitude horaire d'ouverture
des bibliothèques françaises

mercredi 8 juillet 2009

tweettholics

Bin oui même en vacances je tweete et je tombe sur des tests-à-la-con qui confirme mon addiction, heureusement les questions étaient en anglais et il y a certainement des subtilités qui m'ont échappées ;-)
How addicted to Twitter are you?

Created by The Oatmeal


Et vous ?

vendredi 3 juillet 2009

Bonnes vacances

J'avais prévu de faire un billet gentil pour vous souhaiter de bonnes vacances et vous indiquer par là même un ralentissement de ce blog.
Le temps de prendre un peu de recul car cette fois je finis l'année sur les rotules, en effet si cette année a été très riche, elle a été aussi épuisante et j'ai vraiment besoin de me déconnecter un peu afin de reposer mon neurone et peut être de réfléchir à la façon d'envisager l'année prochaine (oui c'est bien moi qui dit ça ;-)
Je me pose de plus en plus de question sur le devenir de cette spécialité de notre profession qu'est la musique : j'ai encore assisté ce matin à une présentation qui m'a fait bondir plusieurs fois sur ma chaise, mais qui en même temps a l'air de convaincre d'autres collègues. C'est vrai que je coince quand une personne en l'occurrence un commercial, qui est quand même là pour vendre un produit m'explique ce que je dois faire et quel est mon métier !
J'avais déjà entendu ce discours quelques semaines auparavant de la part d'un concurrent vendant le même type de produit.
D'autant plus, que j'arrive, à force de comparer ces démonstrations, à la conclusion qu'à l'heure actuelle aucune offre de musique dématérialisée ne tient vraiment la route. On nous fait payer un coût exhorbitant des bornes bornées et mêmes pas jolies dans la plupart des cas.
Qu'apportent ces systèmes par rapport à ce que nous pouvons proposer ? Nous éviter une numérisation ? Oui, mais quand je vois comment se fait la numérisation à partir de ces systèmes j'ai un doute, car on reste dans un système vraiment amateur, pourtant fourni par des marques connues (du moins dans le monde des bibliothèques)
En même temps, je ne vais pas jeter la pierre aux collègues qui utilisent ces systèmes sans parfois avoir eu le choix parce que pieds et poings liés avec un SIGB sur lequel elles n'ont pas la main. Je ne vais quand même pas reprocher à des collègues de tenter l'aventure, d'essayer de trouver de solutions, parfois sous la pression de hiérarchies inquiètes de baisses de prêts et pensant que la solution miracle se trouve dans ces offres ? Et c'est vrai que ces solutions tout-en-un ont le mérite d'être faciles d'utilisation et à la portée de tous.
Pour continuer sur ces offres, il ne s'agit dans tous les cas que d'offres de streaming in situ et non en ligne. Je ne sais pas comment c'est chez vous, mais ici je ne vois pas énormément d'usagers s'installer pour écouter de la musique sur place, tout au plus pour nous prendre le CD en écoute pendant qu'ils faisaient leur choix et que vous leur donnez à regrets parce que vous veniez juste de le mettre ;-) Peut être y-aurait-il une chance du côté des étudiants qui viennent bosser sur place avec leurs écouteurs dans les oreilles ?

Au congrès de l'ACIM les autorités compétentes nous poussaient plutôt à essayer, tenter, oserais-je dire innover ? Non je n'oserais pas (ou plus) car finalement pourquoi continuer à se battre ? Après tout si d'autres y trouvent leur compte c'est peut être parce que je fais fausse route ? Peut être que tout compte fait l'avenir d'une bibliothèque est vraiment sans musique ?

Vous voyez, il est temps que je parte en vacances ;-)

jeudi 2 juillet 2009

encore des vinyles

Encore une vidéo :
et toujours de nouvelles façons de recycler des vinyles ?


lien repéré par @AureliB (merci)

mercredi 1 juillet 2009

message a caractère publicitaire

Certes, vous allez bientôt voir cette pub partout parce qu'elle le vaut bien :